Le très célèbre critique américain Robert PARKER, quitte définitivement le WINE ADVOCATE, revue qu’il avait créé en 1979, vendue en partie en 2012 à un groupe d’investisseurs de Singapour, dont il avait à l’époque déjà quitté la Présidence et prend donc une retraite méritée à 71 ans après 41 années passées à courir le monde viticole pour y effectuer ses dégustations commentées, ses notations sur 100 points, avec une affection particulière pour les vins de Bordeaux et de la vallée du Rhône.

Son rôle fondamental et son influence sur le style des vins  de Bordeaux avaient fait couler beaucoup d’encre dans les années 80, où certains lui reprochaient à l’époque d’établir un type de goût uniforme visant à créer une certaine mondialisation des caractères dominants des vins ; on parle alors du fameux goût PARKER et on l’avait vu aussi dans le célèbre film MONDO VINO de Jonathan NOSSITER, une critique déguisée du monde du vin et de certains de ses acteurs principaux….

On lui doit bien sur la très célèbre lettre mensuelle du WINE ADVOCATE, mais aussi les fameux guides PARKER, véritables encyclopédies de la dégustation des millésimes récents et anciens, celui sur la région viticole bordelaise étant le plus prisé par les amateurs et les professionnels de la filière ; on se souvient aussi qu’il avait souscrit une assurance à 1 million de dollars US pour son nez et son goût et que son véritable pouvoir est apparu après ses critiques sur le millésime 1982 où il avait été un des rares à prédire le destin fabuleux de ce millésime climatologiquement contrasté.

Il est avant tout le reflet d’une époque où il a contribué à établir cette hiérarchie des grands vins du monde, à ce jour les quelques 500 vins qui ont obtenu la note maximale de 100 points sont devenus des stars et font parties des cuvées rarissimes qui se vendent à prix d’or.

Souhaitons à Robert PARKER une excellente retraite après cette œuvre fondamentale !

Sources : VISTISPHERE/WINE ADVOCATE

Nous contacter