Le Président Omar BONGO est un des plus célèbres présidents africains de l’histoire et était aussi un grand amateur de vin ! En 2005 il décide de s’associer avec Dominique AUROY, un producteur de vin historique qui a lancé entre autres le seul vignoble tahitien à ce jour.
Un investissement massif de 9 millions d’euros réalisés par les 2 associés, a permis de faire démarrer un important vignoble de 35 hectares, employant quelques 120 salariés, en espérant devenir le premier grand cru Equatorial de l’ Afrique centrale ! Malheureusement la mort du Président et le départ de l’associé tahitien en 2015 ont précipité le déclin de ce vignoble d’excellence, sur le plateau Batéké, terre natale du feu président.
Aujourd’hui, une poignée de salariés et Cédric PABOU, le directeur du domaine depuis 2017, doivent faire face au manque de capitaux, et doivent récolter les derniers 4 hectares du domaine qui n’ont pas encore été dévastés par les insectes et les mammifères prédateurs, tels les civettes ou les singes ; les conditions extrêmes de température, un minimum de 24° toute l’année et une hygrométrie supérieure à 90, engendrent des problématiques énormes, auxquelles s’ajoute une culture presque impossible sur un sol à 98% de sables, où l’irrigation et le goutte à goutte sont incontournables…
En 2018, seuls 900 kilos de raisins ont pu être sauvés, qui ont produit au final seulement un millier de bouteilles vendues au prix de 32€ l’unité, sous la bannière de la région appelée MALYMAS…Que donneront les 4 hectares restant de carignan en 2019 ? Les premiers résultats seront connus au cours de ce mois puisque la vendange vient de se terminer aux alentours du 20 mai dernier.
La succession de 6 propriétaires en 13 ans donne une idée de la difficulté de la tâche à accomplir et de la rentabilité du domaine ; la question qui reste à se poser est celle de savoir qui sauvera le domaine ASSIAMI ?
Source : ABCBourse.com

Nous contacter