Une étude menée récemment dans le cadre de la PAC (politique agricole commune) par l’Union Européenne, à la fois sur 2 pays producteurs significatifs (France et Espagne) et 2 pays consommateurs significatifs aussi (Allemagne et Royaume-Uni) a montré de profondes disparités au sein même de l’Union, ces informations devant être analysées de manière objective et concrète par les services commerciaux des grandes marques mais aussi par les vignerons indépendants de manière a viser juste, du moins à cibler de façon plus juste les besoins affichés par les habitants de ces différents pays proches mais pourtant si différents dans leur approche du vin !

Cette étude mets l’accent sur la manière de consommer le vin, la connaissance du système des appellations d’origine, l’approche des cépages, les règles d’étiquetage et les relations entre le vin et la santé…

1° Les grandes orientations :

L’inclinaison très forte des consommateurs britanniques pour les vins de cépage, les préférences des habitants de pays producteurs vers les vins issus d’appellations d’origine, le manque d’intérêt des français et des britanniques pour les vins à faible taux d’alcool, et enfin l’orientation très nette des consommateurs allemands vers des vins biologiques en général visant à protéger leur santé.

2° la consommation générale : dans les 4 pays analysés, 58% consomment du vin au moins une fois par semaine (consommation culturelle) ; en France et en Espagne la consommation y est double de celle des pays faiblement producteurs.

3° les types de vins consommés : en Espagne le vin rouge constitue 62% de la demande alors qu’au Royaume-Uni le vin blanc et le vin rouge sont pratiquement à égalité (38% contre 37%) ; en France le vin rouge domine avec 48% mais le vin rosé devient significatif avec 26%. 

4° Pour l’étiquetage, les français et les espagnols préfèrent nettement les vins d’appellation d’origine, avec 38% et 43% des vins demandés, au Royaume-Uni la préférence est massive pour les vins de cépage 42% contre 10% de ceux qui consomment des vins d’appellation et 28% de ceux qui ne savent pas ce qu’ils consomment !

Enfin, les espagnols, les français et les allemands affichent une nette préférence pour les vins européens (92% dans le cas de l’Espagne !) alors qu’ au Royaume-Uni on fait preuve d’ouverture avec 38% de vins européens et 37% de vins non européens, sachant aussi que 25% des consommateurs ne connaissent pas l’origine du vin qu’ils consomment dans ce pays.

5° Pour les références d’achat, le premier critère reste le prix pour les 4 pays, 20% mais d’autres critères de choix sont également marqués comme la variété (17%), l’origine du vin (15%), les signes de qualité présents sur l’étiquette (12%) ainsi que la recommandation par des professionnels (11%).

Pour ces quatre pays séparés, au Royaume-Uni le critère principal est le prix, en Allemagne c’est la marque, en France c’est la qualité et en Espagne c’est l’origine.

6° le cépage est le plus important critère au Royaume-Uni 22%, 17% en France, 16% en Allemagne et 13% en Espagne

7° pour la teneur en alcool du vin, les allemands et les espagnols se montrent intéressés par des vins à faible teneur en alcool (8° à 10°) alors que français et britanniques sont beaucoup moins intéressés par ces catégories.

8° Concernant les étiquettes de vin, l’ensemble des consommateurs des 4 pays se montrent satisfaits avec 90% pour les britanniques, 88% pour les espagnols, 81% pour les allemands et 80% pour les français. Les allemands sont satisfaits par les avertissements sanitaires à 69%. A cet effet 96% des consommateurs allemands sont particulièrement inquiets pour le risque sur la santé encourus en buvant des vins européens, alors que les français avec 43% ou les espagnols avec 63% le sont beaucoup moins….

9° Concernant la qualité des vins consommés, ce sont les français et les espagnols les plus critiques avec 32% et 26% de remarques négatives pour les vins non européens, et 8% des français qui s’inquiètent aussi de la mauvaise qualité des vins européens.

10° les consommateurs français et espagnols affichent une bonne connaissance des différences entre AOP et IGP et les autres catégories à 36/37%, contre 25% en Allemagne et 17% au Royaume-Uni.

11° les campagnes d’information menées par les différents pays son relativement peu suivies ou même remarquées ( 15% pour la campagne du groupe Bergerac/Duras en France, 17% pour la campagne Languedoc en France et 22% pour la campagne sur les vins allemands en Allemagne…Ce qui montre qu’il y a encore beaucoup de travail à faire en matière de promotion et de publicité dans les différents pays concernés !

Source: www.tecnivino.com

Nous contacter