Les premières études ampélologiques faites en Argentine ont montré le fort développement du cépage Malbec lors de ces dernières trente années, cépage qui a certainement acquis aujourd’hui ses lettres de noblesse dans ce pays, comme il les a aussi du Côté du Quercy où son image est forte et bien sécurisé et a contribué fortement à la notoriété de l’appellation Cahors. Cependant ces dernières années, ce cépage a tendance à produire des quantités de sucres trop élevées, donc beaucoup d’alcool au final, une acidité en perdition et des tanins qui deviennent moins fins et moins gracieux.
En liaison avec ces nouvelles réalités, les changements climatiques annoncés et pour certaines zones géographiques déjà bien sensibles, amènent la viticulture argentine a rechercher de son côté des solutions en utilisant des cépages moins connus mais qui peuvent apporter de nos jours une meilleure sécurité olfactive et gustative ; c’est le cas du cépage « corbeau » appelé aussi douce noire, variété célèbre de la Savoie, appelé communément « bonarda » en Argentine, mais qui ne correspond pas au cépage italien éponyme comme certains l’ont longtemps assuré….Ce bonarda argentin affiche toutes les qualités aromatiques d’un cépage de type gamay, fruits rouges et noirs entremêlés, avec une bonne fraîcheur et une grande souplesse en bouche, ce qui correspond assez bien aux demandes des consommateurs d’aujourd’hui ; ce cépage à d’autres intérêts, il est assez productif, donc capable de faire des rendements significatifs avec de bonnes acidités, mais autre particularité, il ne nécessite pas d’élevage sous bois, qui le dénature trop et lui enlève sa qualité principale à savoir son fruité…productivité et élevage en cuve inox en font donc un cépage très rentable !
Il y a eu la période du pinot gris, sur une dizaine d’années à cause de la demande des nord- américains, il a aussi les typicités affichées par le fameux cépage blanc « torrontès », mais maintenant nous sommes en plein dans la vague bonarda comme le confirme la grande majorité des élaborateurs argentins : la célèbre maison NIETO SENETINER, bien connue pour ses vins haut de gamme veut développer ce cépage et l’amener vers la haute qualité, en le cultivant plus spécialement dans les vallées plus fraîches de la province appelée « LA RIOJA » ; de même la maison ZUCCARDI est en train de le planter sur des contreforts de la cordillère, à 1100m comme à Altamira ou à San Pablo à 1400m pour bénéficier des effets de l’altitude….
A suivre donc l’évolution de ce cépage oublié de notre montagne savoyarde, le changement climatique pouvant l’amener à un statut de star dans un des vignobles renommés de l’Amérique du sud.
Sources : CRONISTA.com/ OIV.org / REVISTA APERTURA

Nous contacter