Le mot « levrouté » interpelle et peu de personnes y compris dans le milieu de la filière vin peuvent nous donner la signification de ce terme, qui vient enrichir le long contingent d’appellations d’origine françaises et vient compléter l’appellation mâconnaise « Viré-Clessé »…

Il s’agit en fait d’une terminologie qui vient du patois bourguignon et caractérise des vins moelleux réalisés à partir de vendanges tardives, avec des raisins surmûris,  pas forcément atteint de pourriture grise, mais tout simplement très mûrs ou passerillés ; l’équivalence pourrait être en français courant le terme « demi-sec »…

Cette nouvelle appellation caractérise donc les 400 hectares de la zone viticole, mais se résume à quelques hectares et pas tous les ans, dont le cahier des charges impose de la récolte manuelle, des teneurs en sucres résiduels compris entre 8 et 18 g/l et un élevage long.

Les vignerons de cette appellation pourront donc officiellement apposer le terme « levrouté » sur leurs bouteilles grâce à ce décret paru au Journal Officiel le 3 mai dernier.

Source : Vitisphère

Nous contacter

La News letter qu'il vous faut 
Maintenant !

LES ÉCHOS DU CAFA.
 INSCRIPTION 
close-link