Les chinois sont consommateurs du fameux baijiu, produit le plus souvent à partir de sorgho, mais au fil des années et surtout depuis le début du 3ème millénaire ils se sont pris d’affection pour le whisky et sa panoplie de variantes offertes par les terroirs, les céréales,  les distillations, les vieillissements et les styles.

Le groupe chinois Mengtai, spécialiste du charbon et de l’énergie, vient d’annoncer la construction d’une distillerie de whisky écossais à Ordos, en Mongolie intérieure, qui sera entièrement équipée par les écossais, pour un investissement global d’environ 3 millions de livres Sterling ; le groupe écossais Valentine International, dirigera la conception et la construction , et pourrait ainsi démarrer la production de whiskies dès l’année 2022. Ce groupe chinois a été créé en 2001, aujourd’hui employant environ 4300 personnes, se développe correctement depuis donc une vingtaine d’années.

Le but de cette réalisation est d’abord de produire du whisky avec un profil quasi identique à ceux qui font la notoriété des grandes marques écossaises, mais aussi de produire un whisky chinois reconnu mondialement pour sa qualité ; c’est le projet ambitieux du fondateur et CIO M Fengting, qui devrait concurrencer rapidement les géants du secteur. Les distilleries indépendantes implantées en Ecosse depuis des siècles verront certainement assez mal ce projet, car les tarifs des transferts de fûts ont doublé avec l’Union Européenne, depuis le Brexit et cette nouvelle concurrence lointaine, sur un marché porteur va leur apporter un autre coup redoutable !

Environ 35 tonnes de matériel vont être transportés jusqu’à Tianjing, alambics, planchers, 1.3 kms de canalisations et tuyauteries, vannes et matériel technique vont ainsi être transférés, et 5 ingénieurs spécialisées seront chargés de remonter à l’identique une distillerie « clés en main », ce dont se félicitent les 2 parties !

Depuis 2019, les chiffres d’exportation de la célèbre boisson écossaise ont reculé de plus de 20%, les perspectives d’avenir vont donc se focaliser sur le marché des USA, sur lequel les fameuses taxes Trump ont été suspendues pendant 5 ans.

Ce nouveau concurrent installé en zone asiatique sera sur place et limitera ainsi tous les transports de matières premières et pourrait dans un futur proche se montrer compétitif à l’instar du whisky japonais, et ainsi amener la Chine à jouer dans la cour des grands producteurs mondiaux de whisky et de malt.

Source : www.thenacional.scot

Nous contacter