Déjà remis en cause à différentes reprises, le vin fait l’objet d’une autre attaque, concernant son vocabulaire de dégustation jugé sexiste et raciste….

D’après la journaliste américaine et critique de vins, Esther MOBLEY, les mots utilisés pour décrire le vin excluent une grande partie de la population, premier constat, les mots se référant pour la plupart au vocabulaire français familier de la culture blanche occidentale…Un certain nombre de termes ne parlant qu’ à une petite partie de la population tels, brioche, garrigue, fleur de sel, sous-bois, etc….vocabulaire lié souvent à la gastronomie locale et représentant une certaine classe de la société ; ceci étant en partie vrai et il serait en effet peut être temps pour reconsidéré la terminologie et l’adapter en quelque sorte à la mondialisation, effet ressentit plus particulièrement quand on déguste avec des partenaires venant d’autres continents, aux cultures alimentaires bien distinctes des nôtres.

Ensuite deuxième constat, celui se référant aux acteurs de la filière, qui par exemple ne contient que peu de professionnels de couleur, hormis peut être en Asie, mais la où la question fait défaut à propos de la population à peau noire, que l’on voit peu dans les salles de dégustation…

Troisième constat, celui qui montre un vocabulaire à connotations sexistes, les vins virils et les vins féminins par exemple, les termes body-buildé, siliconé, gars, callypige, suave, lièvre en rut, charnu, pourraient ainsi être requalifiés, et on pourrait arriver à utiliser d’autres mots moins grivois et plus adapté au produit, moins d’image et de symbolique, semble-t-il…

En d’autres termes et sans vouloir polémiquer, il serait certainement attractif et souhaitable de renouveler cette terminologie liée à la dégustation du vin et des boissons alcoolisées, en fonction de ces différentes remarques ; comme l’on modifie régulièrement le dictionnaire, on pourrait imaginer en effet, des révisions et remises au goût du jour de l’ensemble du vocabulaire dégustatif !

Sources : CNews/San Francisco Chronicle

Nous contacter