Le CWSA autrement dit le CHINESE WINES & SPIRITS AWARDS, le plus grand concours de dégustation des vins du monde validé par 100 experts triés sur le volet appartenant au réseau du trade, du commerce et de la vente des boissons alcoolisées, vient de publier une étude récente sur les « tendances de consommation du vin en Chine », afin de prévenir les vendeurs sur les techniques de marketing à mettre en avant sur ce marché où les valeurs de choix ne sont pas les mêmes que dans d’autres contrées lointaines.

Cette année verra le jour de la 17ème édition de ce concours, et l’organisateur a pris soin de sensibiliser les compétiteurs aux subtilités du marché chinois qui devrait leader mondial en 2020 ?

D’abord le principal moteur de la consommation de vin réside fondamentalement dans ses effets protecteurs ou bonificateurs de santé, suite à une étude menée par le cabinet Wine Intelligence ; cette motivation est particulièrement sensible chez les jeunes femmes, les fameuses milléniales. Plus de 60% de femmes interrogées parlent des bienfaits du vin pour la beauté féminine, alors que seulement 28% des hommes parlent de santé dans leur choix de consommation du vin.

Il est a signaler aussi que les leaders d’opinion en Chine sont de majorité féminine, ce qui veut dire que la femme contribue fortement au développement de ce marché ! la lutte contre les accords forts jusque la omniprésents est en train de se gagner, et l’on parle des bienfaits des alcools softs et des matières anti-oxydantes du vin pour la circulation sanguine…. A cet effet, les vins doux ou ceux porteurs de sucrosité importante auront du mal à faire leur route dans cet univers, tant le sucre est considéré aujourd’hui comme facteur négatif vis-à-vis de la santé et souvent souligné comme un facteur important du développement de l’obésité.

Donc pour conclure, il est fortement conseillé aux commerciaux et vendeurs de vin d’avoir une argumentation orientée dans ce sens et les bienfaits sanitaires du vin, plutôt que d’utiliser des atouts sur le prix, ou le cépage ou la zone de production, sachant que les palais chinois, pour la plupart,  ne sont pas encore assez entrainés pour valider le choix d’un vin sur ses caractères organoleptiques propres.

Source : CWSA 

Nous contacter