Le 15 novembre à Marseille, le restaurant bistronomique ouvrira ses portes au public. Les « Beaux Mets » est le premier restaurant en détention ouvert au public, qui emploie, forme et accompagne des personnes incarcérées. 

Séparé du monde extérieur par deux portes infranchissables, un étage au-dessus des cellules, dans le seul bâtiment survivant des Baumettes historiques, le restaurant dévoile une décoration intimiste, tons ocre et bois. 

Des détenus de la structure d’accompagnement vers la sortie (SAS), réservée aux personnes définitivement condamnées et en fin de peine, ont intégré les Beaux mets dans le cadre d’un chantier d’insertion professionnel porté par l’administration pénitentiaire et l’association « Festin ».

La principale mission est de permettre aux personnes détenues de (re)trouver une place dans la société après leur incarcération. Le projet vise aussi à changer le regard sur le détention, « souvent assez caricatural, prison 4 étoiles pour les uns et honte de la République pour les autres », déplore Mme Charbonnier, qui souhaite réconcilier « le dedans et le dehors ». 

À la carte (35 euros pour entrée/plat/dessert), monochrome végétal, curable d’agneau, pomme renversante : «La fierté de faire quelque chose d’excellent, c’est un moteur extrêmement important », selon Armand Hurault. 

Les Beaux mets seront ouverts du lundi au vendredi, le midi seulement. Inscription obligatoire 72 heures avant sur le site internet de restaurant, le temps pour l’administration pénitentiaire de vérifier l’identité et le casier judiciaire de chaque client. 

À sin arrivée, chacun devra passer par un portique de sécurité et laisser dans un casier son téléphone portable, ses clés, ses espèces, le temps d’un repas sans alcool, dégusté sous l’oeil discret d’un surveillant de prison…

Source : https://www.lepoint.fr

Nous contacter