Une récente analyse du très bon journaliste viticole Don Kavanagh, met en lumière les meilleures places pour trouver des zinfandels de grande qualité, qui pourraient rivaliser ainsi avec le cabernet sauvignon, le merlot ou le pinot noir et sortir du cadre quelque peu négatif qui lui colle à la peau, a cause d’une tradition qui le destinait à produire ces fameux « blushs », rosés alcooleux et exubérants produits en grande partie aux USA. On connait la polémique sur l’origine de ce cépage, entre l’Italie et la Croatie, mais cela n’est pas très fondamental, il est plus important de voir les résultats et après plus de 2 siècles de production en Californie, on peut dire que c’est un cépage adopté et qui a fait l’objet d’une seconde naissance aux USA.

Dans les années 1990, il ya  eu une transition et certains vignerons américains sont sortis des sentiers battus et ont recherché une production plus raffinée, avec une orientation vers des vins rouges pleins et puissants, voire tanniques et corsés, présentant des potentiels et des complexités insoupçonnés ! à l’aube de 2020, on peut dire qu’ils ont réussi et que l’on commence réellement à visualiser les meilleurs terroirs et les producteurs au top.

Il semble donc que la fameuse Russian river valley soit le berceau tant attendu, puisque quasiment 6 des 10 meilleurs « top wines » sont issu de cette zone, et que l’on peut tirer 3 noms de wineries fondamentales dans la production haut de gamme, Martinelli vineyards, Turley wine cellars et Carlisle ranch qui produisent 9 des 10 meilleurs zinfandels rouges….Cette Russian river valley est une AVA bien connue et créée en 1987, véritable pépite, connue déjà pour ces chardonnays et pinots noirs de référence, bâtie sur des alluvions essentiellement composés de sables, graves et argiles. Elle se situe dans le comté de Sonoma, entre Mendocino et la baie de San Francisco.

Un seul regret dans cette présentation résidant dans le taux d’alcool particulièrement élevé de ces vins, qui ne pourraient rentrer dans notre législation et celle de l’OIV, comme vin courant, ce qui entrainerait des taxations supplémentaires pour des bouteilles déjà vendues pour la plupart entre 50 et 130 USD….Heureusement les arômes de fruits rouges délicats et frais qui en sont caractéristiques, sont certainement la pour gommer cet excès et l’intégrer pleinement dans une bouche le plus souvent enveloppée, charnue et suave.

A découvrir sur place pour les plaisirs du Zin !

Sources : IOV/Wine searchers

Nous contacter