En ce début d’année 2022, c’est l’heure des compilations, des statistiques et autres analyses sur les marchés ; en Europe, la coordination des publications des pays membres prend actuellement à peut près une année pour arriver à Bruxelles et donner les premières idées de l’évolution de chaque marché. Viennent de sortir les premiers jets de 2020, qui sont assez négatifs dans son ensemble pour le groupe des vins à bulles, à l’exception du Prosecco italien qui continue sa progression malgré les vicissitudes rencontrées.

Les trois leaders du marché des effervescents, Champagne, Cava et Prosecco ont des destinées différentes, le plus à plaindre étant le Champagne avec une chute globale des exportations de quelques 20% en 2020 et une chute quasiment identique sur le marché français avec -18%. Heureusement l’année 2021 s’annonce comme une année de ventes record, selon la profession et les maisons de Champagne. Le Prosecco quant à lui a continué sa progression avec plus de 200 millions de litres exportés dans le monde…Le cava quant à lui en enregistré une progression hors d’Europe et aux USA, très significative avec 10% de bonus.

Par ailleurs, les difficultés continuent pour le Champagne, puisque la Russie a confirmé ses dispositions en ne respectant plus le terme Champagne ou Champanskoie, en le réservant uniquement pour les vins effervescents produits en Russie ; les champenois ont perdu cette bataille, et seront donc obligés de modifier leurs étiquettes pour les exportations sur ce pays.

Ce marché n’est pas très important pour la Champagne avec 1.5% des ventes totales, mais il serait vraiment souhaitable que l’appellation Champagne soit pleinement respectée dans le monde entier, 2 pays s’y opposent aujourd’hui, curieusement la Russie et les USA !

2022 s’annonce donc comme une année de challenge pour les vins à bulles, qui conservent quand même une énorme attractivité dans le monde…

Source : www.lesechos.fr

Nous contacter