Autrement dit, le sangiovese peut-il devenir une star mondiale ?

La coqueluche de la Toscane et de l’Italie centrale peut-elle rivaliser avec les cabernets, le merlot, le chardonnay et le sauvignon, voir même avec le tempranillo espagnol ; ce cépage a beaucoup d’atouts mais peut-il aisément s’adapter à d’autres lointains climats et plaire à des publics tout aussi lointains ? C’est toute la question !

Pour les néophytes il faut rappeler que ce cépage est celui d’un des vins les plus connus au monde, le célèbre CHIANTI et peut aussi rivaliser avec grand succès en Toscane sous le nom de BRUNELLO ou de VINO NOBILE, mais où en est son impact sur les autres pays viticoles et plus réellement dans l’hémisphère sud où il est facile de s’approprier des variétés européennes et de les développer, voire de les amener au rang de star internationale….Il a fait sa réputation sur ses arômes de fruits rouges, son côté soyeux en bouche et son acidité légendaire qui lui donne du temps de vieillissement mais qu’en est-il réellement ?

C’est dans les années 1990, que le sangiovese a commencé à aller voir d’autres contrées sous l’impact de vignerons novateurs et fiers de se lancer dans de nouvelles aventures viticoles, en adoptant un nouveau cépage européen et en ayant plaisir à le faire connaître aux populations des nouveaux consommateurs ; Californie, Chili, Argentine, Nouvelle Zélande et Australie se sont portés rapidement volontaires pour apprivoiser des clones de Sangiovese « Chianti » et aussi de cultiver des sangioveses de clones différents, ce qui a permis de démontrer que le style de ce cépage est beaucoup plus fruité et souple que les variétés toscanes, peut être même plus adaptables que le sangiovese originel. Nous sommes davantage sur des vins plaisants à la jeune génération mais le problème principal restant à faire découvrir la variété, qui a toujours été cachée sous la bannière de son appellation fétiche CHIANTI et donc que le grand public en général ne connait pas !

C’est donc le marché et plus précisément les metteurs en marché qui devront trouver la façon de valoriser ce cépage et de le faire préférer aux vedettes internationales citées antérieurement.

Les prochaines années nous apporteront certainement la réponse, pour l’instant les producteurs restent dubitatifs et préfèrent jouer avec les valeurs sûres, syrah, merlot, cabernet, grenache, sauvignon, chardonnay, riesling, muscat….

Source : www.wine-searcher.com

Nous contacter