D’abord il faut commencer a expliquer ce qu’est le plasma froid, car nombre de nos concitoyens ne le savent pas ! En fait il s’agit de ce que l’on pourrait appeler le quatrième état de la matière après le liquide, le solide et le gazeux. Pour l’obtenir il faut appliquer un champ électrique à un gaz ; les atomes du gaz vont alors perdre des électrons, prendre une charge électrique et devenir « ionisés » ce qui donnera le plasma chaud ; quand cette ionisation est incomplète il s’agit de plasma froid.

Ce type de matière est utilisé dans la lutte contre les virus et même les coronavirus ; il s’agit de passer du plasma froid sur une surface (poignée de porte, matières contaminées, rampe d’escalier,…) et en quelques secondes tous les virus sont éradiqués et cette action évite de nouvelles contaminations ; le fait que cette réaction détruit les virus, fait qu’elle peut s’appliquer aussi à la contamination issue de bactéries ou de levures et là évidemment on touche le milieu du vin et on pense à priori aux problèmes venant de barriques contaminées, ce qui est très courant dans le cas de vieux récipients non utilisés ou mal nettoyés.

Ce travail de recherche est mené actuellement par l’Université des vins de RIOJA en Espagne et vient d’être récompensé par un prix spécial innovation  au Congrès international ENOFORUM CONTEST 2021. Ce prix a été décerné parmi plus d’une centaine de dossiers de recherches internationaux, et est doté d’une prime de 10 000 euros pour les gagnants ainsi que la possibilité de présenter leurs travaux sur les prochains congrès ENOFORUM aux Etats-Unis et en Italie.

Ce projet de recherche a été mis en place en raison des colonisations de brettanomyces qui ont tendance à se nicher dans les parois poreuses du bois de chêne qui sert à fabriquer nombre de futailles dans le monde entier. Cette technique pourrait à courte échéance remplacer le nettoyage par le soufre actuellement utilisé et dont on connait les méfaits pour la santé humaine.

Le dernier cap à franchir sera celui qui consiste à mener le procédé au stade de l’industrialisation, c’est-à-dire à l’usage courant dans les chais, ce qui va demander des recherches complémentaires ayant pour but de limiter les coûts du procédé utilisé, à suivre….

Sources : www.cope.es/ www.sciencesetavenir.fr

Nous contacter