A l’occasion de la cérémonie des vœux de l’année 2020, le ministre de l’Agriculture du Luxembourg a fait une déclaration pour le moins inattendue, à savoir la démarche du gouvernement et des instances vitivinicoles du pays vers une nouvelle forme d’étiquetage pour les vins du pays, y compris les effervescents, basée sur l’utilisation systématique des QR codes.

La finalité d’un tel système et de sa réglementation visant à rendre des informations plus importantes aux consommateurs et d’avoir ainsi un étiquetage plus pointu et transparent. Cette année aussi la marque nationale « Moselle Luxembourgeoise AOP» devra figurer sur toutes les bouteilles mises en marché, afin de mieux identifier l’origine et affirmer une image de marque plus forte.

Pour revenir sur les QR codes, cela se fait déjà de manière ponctuelle dans certains pays et sont utilisés par certains metteurs en marché de la planète, mais cela est loin d’être généralisé…La principale difficulté étant que tous les consommateurs n’ont pas forcément de Smartphones, et qu’ensuite pour ceux qui en ont, dans les magasins les réseaux ne sont pas toujours accessibles !

Les retours des utilisateurs professionnels ou des consommateurs sur les réseaux sociaux alternent la critique ou l’acceptation de la mesure ; bien entendu, sachant que nous devons aller de l’avant en termes d’information consommateur, c’est avec des démarches novatrices que l’on rassurera le plus grand nombre d’amateurs qui veulent découvrir le vin sans en posséder de grandes connaissances.

Il est à noter que malgré sa petite taille, ce pays a commercialisé pour plus de 23 millions d’euros en exportant ses vins en 2019, en majorité vers l’Union européenne.

Sources : www.oiv.net / www.l’essentiel.lu

Nous contacter