Wilfried GARCIA est un tout jeune agriculteur qui vient de se sédentariser en Cerdagne depuis 2019.

Il est passé à 29 ans par différentes phases de sa vie professionnelle, avec une expérience significative de presque dix ans dans l’univers de la restauration et du tourisme, mais c’est la terre nourricière qui l’a attiré au final pour s’installer dans le village de Bajande, où il démarre un petite domaine dénommé « Cotzé » ; il s’est beaucoup intéressé à l’histoire agricole de sa région et essaye actuellement de reprendre les traditions agricoles qui ont presque totalement disparues avec l’industrialisation…

De nos jours, la Cerdagne est une terre d’exploitation des sports d’hiver et du ski, sur les communes réputées de Font-Romeu et d’Enveitg et aussi une terre d’élevage. Ce jeune agriculteur a choisi de se démarquer de ces nouvelles orientations, pour revenir aux traditions ancestrales avec la culture des vergers et la relance de la vigne ; il y a deux ans il a d’abord lancé la culture de fruitiers avec 3 espèces, le pommier, le poirier et le cognassier. Il aime a signaler qu’au siècle dernier cette région française exportée des poires aux USA et en Argentine. Il va même lancer son premier cidre en 2021 avec les quelques 10 tonnes de fruits récoltés.

Le plus important, reste à venir dans la production de vin nature, issu de vignes montagnardes, puisque plantées à plus de 1300 mètres, ce qui constitue un  record national ! 2200 pieds se dressent au milieu d’une belle parcelle de laquelle on peut voir toute la vallée de la Cerdagne, avec un panorama somptueux ! Ici ce sont des vignes du nord qui sont plantées, avec des cépages résistants au froid et au climat continental, le chardonnay, le pinot noir, le gamay, la mondeuse, le savagnin, le sylvaner…La première récolte devrait voir le jour en 2023, avec un vin « nature » résultat de la culture en altitude.

Ce jeune vigneron a déjà sorti sa première cuvée de type roussillonnaise, sous le nom de « Transhumancia », avec des cépages locaux, carignan et marsanne, sur des terroirs plus classiques de la vallée.

Ce jeune producteur a une vision futuriste qui est celle de jouer sur plusieurs tableaux agricoles, afin de pouvoir produire et vivre de sa production même si l’un de ces créneaux est touché par une crise climatique ou endémique, et surtout de mettre à l’honneur la culture traditionnelle partagée entre les fruitiers, la vigne et la pomme de terre.

Source : www.francebleu.fr

Nous contacter