Il faut rappeler que cet organisme a vu le jour en 2001, et a commencé à se mettre en marche en 2004, à l’époque avec 35 pays membres, pour la plupart producteurs de raisin et de vin ; aujourd’hui 47 pays membres composent globalement cette entité et participent aux décisions fondamentales sur la destinée de la filière : il s’agit de légiférer sur des questions de règlementation, méthodes d’analyses, pratiques vinicoles et viticoles, statistiques mondiales de production et de consommation. Le plus important étant d’établir entre ces pays une règlementation commune qui va faciliter les mises en marché et les échanges entre pays. La question des étiquetages par exemple est un point stratégique ainsi que la question des logos utilisés pour expliciter des méthodes ou des codes spéciaux.

En plus de ces pays membres, l’Organisation a autorisé des pays a être « observateur », afin de pouvoir s’engager en ayant connaissance de toutes les règles et procédures utilisées ; c’est actuellement le cas de la Chine ; lors du dernier Forum de la nouvelle économie qui s’est tenu en Espagne à Madrid, le 25 novembre dernier, le Directeur général de l’OIV, Paul ROCA, a confirmé que l’entrée de ce pays était imminente et aller constituer pour l’ Europe entre autres une aide considérable aux échanges. Tout les acteurs ont bien conscience que le marché chinois est un potentiel immense et que bien sur son adaptation aux règles de l’Organisation sera un bonus énorme !

Cette approche a du reste été confirmée par Luis PLANAS, le Ministre espagnol de l’Agriculture, de la pêche et de l’Alimentation qui s’est montré extrêmement favorable à cette intégration prochaine.

2020 devrait donc nous apporter un accélérateur dans les échanges vitivinicoles avec ce pays, en attendant l’adhésion d’un autre pays producteur et premier consommateur mondial, à savoir les USA, mais cela est une autre histoire !

Source : www.nuevaeconomiaforum.org

Nous contacter