Jeudi dernier le point de conjoncture sur la situation mondiale du marché du vin était dévoilé par le Directeur de l’organisme, Pau ROCA, avec quelques données significatives en termes de production, consommation, exportations, importations et échanges internationaux…
Quelles données globales pouvons-nous en retenir ?
1° les surfaces viticoles ont reculé depuis 2017 et sont tombées à 7 millions 400 000 hectares, liées aux baisses significatives des surfaces de la Turquie, de l’Iran, des USA et aussi du Portugal ; par contre l’Italie maintient une progression de quelques 5000has, ainsi que le Mexique.
2° La production mondiale par contre est en forte hausse et atteint les 292 millions d’hectolitres ce qui nous ramène vers des chiffres de 2004 ; les 3 leaders européens sont toujours loin devant, Italie avec 54.8 millions, la France avec 49.1 millions et l’Espagne avec 44.4 millions d’hectolitres ; les USA progressent encore avec 23.9 millions d’hectolitres, l’Argentine aussi avec 14.5 millions d’hectolitres, le Chili en forte progression aussi avec 12.9 millions d’hectolitres ; à contrario la Chine montre un ralentissement avec 9.3 millions d’hectolitres, comme l’ Afrique du sud à 9.5 millions d’hectolitres à cause de la sècheresse…
3° La consommation mondiale baisse ce qui n’était pas arrivé depuis plusieurs années et entraîne dont un différentiel de 46 millions d’hectolitres entre production et consommation, heureusement que l’on peut distiller ! 2 baisses très nettes en Chine et au Royaume Uni, stabilisation globale en Europe continentale.
4° les échanges inter-pays ont progressé par contre ; l’Espagne reste le premier exportateur en volume, la France le premier exportateur en valeur ; 70 % des vins exportés sont embouteillés, le vrac est en net recul. Par ailleurs les 5 premiers importateurs restent l’Allemagne, le Royaume Uni, les USA, la France et la Chine.
5° les premiers chiffres de la récolte 2019 dans l’hémisphère sud sont en net recul pour les gros producteurs comme le Chili, l’Argentine et l’Australie à cause des mauvaises conditions climatiques…
Le prochain congrès mondial prévu pour les 15 au 19 juillet prochains à Genève devrait nous apporter d’autres lumières sur ces données générales.
Source : www.OIV.org

Nous contacter