Alors que les températures oscillent autour des 30° du côté de Buenos Aires, la récolte 2020 en Argentine démarre avec une estimation de l’ordre de 24 millions de quintaux, presque équivalente à celle du millésime 2019 ce qui devrait nous amener aux environs de 16 millions d’hectolitres de vin produit, une quantité normale donc avec une bonne qualité d’ensemble. La récolte de l’ensemble des régions viticoles devrait ainsi se dérouler jusqu’à la mi-avril, sachant que les 2 principales zones, Mendoza pour 70% et San Juan pour 20% ont subi cette année un climat plus chaud et plus sec que d’habitude, et que la récolte des variétés blanches a commencé avec une avance de 15 jours par rapport aux standards habituels.

Pour les variétés rouges et plus particulièrement sur les zones de UCO et de LUJAN DE CUYO, les raisins sont plus petits, avec des profils aromatiques plus marqués, ce qui réjouit l’ensemble des producteurs, qui commencent déjà à envisager une commercialisation optimale sur l’ Amérique du Nord, en fonction du contexte très spécial apparu en 2019 entre les USA et l’ Union Européenne, et la fameuse taxe Trump ! Le stress hydrique est très fréquent cette année dans le vignoble et va donc favoriser les gains en tanins et en arômes primaires, gages de qualité certaine.

Les autres petites régions, telles la zone de Salta, la Rioja et la Patagonie rentrent dans la même dynamique et tous les voyants sont au vert pour l’économie viticole argentine en 2020 ! Il ne reste plus qu’à espérer un temps exemplaire pendant les 2 mois de récolte pour mener à bout ce millésime qui s’annonce donc comme idéal et plein de promesses économiques.

Sources : CLARIN/OIV 

Nous contacter