La dernière avant les vacances et elle sera double !

Voila, avant des vacances bien mérités, nous vous livrons quelques extraits des bonnes vibrations de la place de Bordeaux, au travers pour une part des efforts méritants de Bernard MAGREZ au château LE SARTRE, en Pessac Léognan et pour d’autre, la mise en route par les vignobles GABRIEL et Jean François REAUD de vente de vins par le commerce équitable, avec une certification Ecocert.

1° Tout d’abord, Bernard MAGREZ a encore innové, en aménageant certains des locaux du château LE SARTRE à Léognan, pour y installer 42 start-up, donc de mini entreprises qui ne demandent qu’à grandir ! Suite au frein amené par le covid-19 dans le cadre d’organisation de séminaires ou de réunions privées, l’idée est venue de créer dans les open-spaces du château et d’y installer des postes de travail informatisés.

Il y a un appel à projet à ce sujet, aussi bien pour des entreprises déjà créées ou des entreprises en voie de création, qui seront soutenues de 6 à 24 mois suivant le cas ; les sujets de projets doivent porter sur la vigne, l’œnologie, la consommation du vin, l’oenotourisme pour s’intégrer à l’esprit recherché.

L’encadrement pourra se faire par des rencontres avec des experts, des fournisseurs potentiels, et les levées de fond seront aidées en cas de besoin. La réalisation et le démarrage du projet global sont prévus pour cet automne, un grand merci à Bernard MAGREZ pour ses idées novatrices !

2° Dans le même temps, un autre projet voyait le jour en Bordelais, où Jean François REAUD, vigneron à la tête du négoce des vignobles GABRIEL, en commercialisant des vins certifiés commerce équitable et labellisés Ecocert avec la distinction «  Fair for life ». C’est une première pour le monde du vin et on verra comment les consommateurs réagiront à cette nouvelle offre hors du commun.

Un petit rappel pour rappeler que ce commerce s’entend en respect des droits de l’homme avec des conditions de travail justes et légales, et surtout assurer une rémunération juste pour les producteurs ainsi que pour leurs salariés. Ce négoce intègre les 3 vignobles de la famille descendante du fondateur, un certain Gabriel BRUNETEAU, arrière grand père du dirigeant actuel,, ainsi que 35 vignerons associés, rémunérés sur une base de 1350€ le tonneau, quasiment le double des cours actuels, qui ne sont plus ou pas assez rémunérateurs pour les producteurs.

Il reste dans cette démarche à sensibiliser les acheteurs, qui marche bien pour d’autres produits alimentaires comme le café par exemple, afin d’éviter les écueils de la contrainte des prix qui reste toujours présente quelque soit le type de marché.

Un grand encouragement pour ses créateurs et ses innovateurs, bonnes vacances du mois d’août à tous et nous vous donnons rendez vous au mardi 1er septembre pour la reprise des échos du CAFA !

Source : VITISPHERE

Nous contacter