Les vins bios ont le vent en poupe, mais ces derniers mois ils montrent quelques signes d’érosion au niveau des ventes et cela malgré la nécessité de produire dans la protection de l’environnement, ce qui est souhaité dans le monde entier.


Ces derniers mois, que cela soit dans les pays producteurs ou dans ceux qui sont plutôt consommateurs, en raison de la crise du Covid-19, la guerre en Ukraine, les difficultés
d’approvisionnement en matières premières, l’inflation, la crise économique, les ventes sont en baisse, c’est un constat réel ; le principal accusé est donc le prix de ces vins, qui paraissent gêner nos concitoyens et aussi les consommateurs en général, sur les 5 continents.

Aujourd’hui 13% des surfaces mondiales sont conduits en bio-culture, ce qui représente un bond de 10 points en 10 ans et la courbe ne fait que s’accentuer ; dans 10 ans certains professionnels prévoient que la France par exemple aura 50% de ses surfaces viticoles dans le système biologique confirmé mais que pouvons nous faire en termes de prix et tarifs pour garder les consommateurs et accroître leur nombre ? Il se pose la question de l’agriculture bio et de l’agriculture protectrice de l’environnement, c’est presque la même chose mais les contraintes pour les producteurs ne sont pas les mêmes et au final les prix de revient sont assez différents…

La question se pose donc aujourd’hui de manière cruciale à la production, que faut-il choisir pour à la fois garder ses marchés, répondre à la demande vers la bio-culture et tenir des prix convenables qui continueront à séduire les consommateurs ? Le climat modifié de ces dernières années n’ajoute pas de la facilité dans toutes ces questions et même rajoute des difficultés récurrentes…

Quelles seront les bonnes solutions, c’est tout l’enjeu qui attend les producteurs de vin dans le monde, et les bonnes réponses doivent vite arriver sous peine de la disparition de la filière à moyen terme…Une série de réflexions judicieuses qui nous vient d’ Afrique du sud….


Source : www.farmingportal.co.za

Nous contacter