La pandémie qui secoue le monde depuis près de 2 années maintenant a des effets pervers, et plus encore entre le marché de la bière et celui des spiritueux aux Etats Unis, du fait de la puissance des marques des 2 côtés et l’évolution de la consommation entrainée par les nouvelles conditions de vie des américains.

La bière a quasiment toujours été en tête jusqu’ à ces jours de 2020 où la réalité du virus s’est fait sentir, amenant les confinements divers et variés, faisant que beaucoup de consommateurs se sont retrouvés chez eux pour boire de l’alcool, c’est le premier effet notoire. Ensuite à cause des habitudes trop pesantes, ces mêmes consommateurs ont souhaité goûter autre chose, ce qui a entrainé un fort développement de la vente des cocktails en canette, apporteurs d’autres sensations à des prix presque équivalents….L’année dernière la marque de bière Samuel ADAMS, réputée pour ses bières assez alcoolisées, sous l’égide de son fondateur Jim KOCH, s’est tournée vers les autres brasseurs américains pour leur signifier qu’il fallait agir et vite, sous peine de perdre des milliards de USD.

Les fabricants de spiritueux par ailleurs font pression auprès des gouvernements fédéraux pour obtenir une taxation différente et moindre sur les cocktails en canette, qui étaient assez proches en termes d’alcool volume des alcools fermentées, dont la bière, et plus faibles que  celui des spiritueux généralement au dessus de 40% A/V. C’est la clientèle jeune qui s’est orientée vers ces boissons, peut être un peu plus chères, mais apportant de nouvelles saveurs et de nouveaux goûts.

Concernant les cocktails en canette, les meilleures ventes ont été enregistrées depuis 4 décennies, et ceci grâce principalement à des dérogations fédérales qui ont dans certains états, permis la vente à emporter de ces boissons, seule la bière bénéficiait avant de cette autorisation. 

Résultat final, les chiffres des brasseurs sont en baisse ou relativement stables, alors que ceux des fabricants de spiritueux  a tendance à progresser fortement ! Le groupe PERNOD RICARD a lancé sur le pays des ventes de canettes de 35 cl de Pina Colada et de Daquiri sous sa marque Malibu, et depuis que le groupe à diminué la proportion d’alcool dans ces derniers, les ventes s’envolent….Beaucoup de lobbying est aussi utilisé dans ce marché et chacun joue de ses différents contacts…

Le tout est de savoir si la bière et les spiritueux restent sous les mêmes lois, autour des produits dérivés, le vin étant quant à lui peu touché par cette affaire, dans la mesure ou les marques commerciales liées au vin ont moins de potentiel et d’amplitude, et sont surtout très morcelées, suivant les gammes, les couleurs, les origines.Peut être que dans quelques mois pourra faire un bilan plus définitif sur ces marchés concurrentiels, tout cela dépend surtout de l’impact futur du virus 

Nous contacter