Depuis quelques années et le début de l’ère « bio » au vignoble, l’homme a su s’entourer d’animaux qui vont apporter par leur action positive une aide majeure dans la culture de la vigne et ainsi devenir de véritables alliés pour la protection et la bonification de la plante…

Dans certains pays cela est devenu un véritable culte et on peut s’étonner quelques fois de certaines utilisations qui pourtant sont d’une aide bénéfique ! Un petit inventaire s’avère nécessaire afin de mieux comprendre ces interactions entre les 2 parties :

  • Au Chili, les oies sont devenues la panacée du domaine CONOR SUR, plus de 1000 utilisées actuellement dont l’action consiste à éliminer les ravageurs, surtout les coléoptères
  • En France, le domaine LAROCHE, fait appel à des chauves-souris pour lutter contre les papillons nuisibles, surtout la nuit, en particulier ceux dont les chenilles font des ravages à outrance
  • En Nouvelle Zélande ce sont les petits moutons de la race Babydoll, de petite taille sont utilisés dans les zones de Marlborough et du West Sussex pour nettoyer les sols aussi habiles que des tondeuses électriques 
  • Nous avions parlé dans une brève récente de l’action bonificatrice du petit chien terrier andalou dans le cadre de la lutte contre les rats rongeurs de bois des chais de Jerez…
  • En Nouvelle Zélande encore, pays très impliqué dans la culture biologique, on utilise aussi une race de porc nain, appelés Kunekune ; ils sont eux aussi des nettoyeurs de sol efficaces et ne s’attaquent pas aux raisins hors de portée en raison de leur petite taille
  • Les chevaux et les mules sont maintenant couramment appelés pour les labours dans une grande quantité de vignobles de la planète !
  • Les abeilles dont on ne cesse de rappeler leur grande utilité dans la reproduction végétale, sont à l’origine du transport des pollens et de l’aromatisation, très utiles aussi dans la biodiversité et productrices de miel
  • En Argentine, on utilise maintenant des tatous, animaux à carapace, friands de fourmis et d’insectes du bois, par contre ils sont friands de raisin frais et sont donc à utiliser avec parcimonie durant les époques de l’année.
  • Les oiseaux de proie, de type milan ou faucon, servent à éviter les invasions dévastatrices des oiseaux nuisibles, tels les étourneaux, et permettent d’éviter le pillage des raisins par des vols quelquefois composés de milliers d’oiseaux, technique très répandue aux USA, en Californie, désormais classique pour les vignobles du groupe Gallo et Cakebread cellars.
  • La volaille, poules et poulets, peuvent très efficaces aussi, c’est le cas au Chili, dans le domaine Emiliana, à la pointe de la bio culture, où ces animaux nettoient les sols et les sarments, de petits vers et de petits insectes, et accompagnent souvent les lamas et les alpagas dans ce travail !

Voila donc une belle symbiose entre l’homme et l’animal, la liste n’étant pas exhaustive, et promettant un bel avenir à ceux qui veulent protéger la nature et l’alimentation humaine.

Nous contacter