Après une dizaine d’années de longues tergiversations entre les partenaires de la filière et les administrations concernées, l’information des consommateurs sur les ingrédients et les calories a été actée par l’OCM, Organisation commune de Marché, les dernières moutures concernant l’étiquetage des vins devant être réglées prochainement cet automne.

La communauté européenne a préféré prendre les devants suite à l’insistance de certains pays qui menaçaient de prendre leurs propres mesures en interne, en mettant les importateurs ou exportateurs en face d’une multitude de lois ou de contraintes différentes suivant les directives administratives de chaque pays…

La première mesure va concerner l’information quant à la qualité nutritionnelle du vin, la richesse en lipides, glucides, sucres, protéines, sel, acides gras saturés ainsi que la valeur énergétique. Il reste à ce jour quelques détails à régler en ce qui concerne la transmission de ces informations, de manière dématérialisée à l’aide d’un QR code par exemple, en globalité ou de manière fractionnée…C’est surtout la valeur énergétique qui intéressera les buveurs supposés, établie en fonction du degré alcool et de la richesse en sucres résiduels.

Ensuite on parle d’une liste des ingrédients, dématérialisée ou sur l’étiquette, qui auront pu servir et être additionnés pendant l’élaboration et l’élevage du vin, ainsi que pendant la mise en bouteille ; les principaux ingrédients concernés constituent une liste copieuse que l’on peut synthétiser en ces termes rapidement : raisin frais, moût de raisin, saccharose, liqueur d’expédition (vins effervescents), additifs stabilisants d’acidité, additifs conservateurs et antioxydants, ainsi que les additifs de type gazeux (argon, azote, dioxyde de carbone), ainsi que quelques autres additions possibles comme la résine ou le caramel.

Il reste grosso modo une grosse année civile pour que les opérateurs se mettent en place et aussi pour que les consommateurs apprennent à décrypter ce genre d’informations certainement très positives quant à leur santé !

Source : Union Girondine des vins de Bordeaux.

Nous contacter